La vie de l'école L'équipe pédagogique Ce que nous faisons Notre journal Ecrivez-nous  

La sélection du mois
Les p'tits coins
Les dossiers

 

Le p'tit coin poète : année 2009- 2010

Voici des poésies retenues par les enfants parce qu'ils les aiment bien tout simplement.

En Voyage

Quand vous m'ennuyez, je m'éclipse,
Et loin de votre apocalypse,
Je navigue, pour visiter
La Mer de la Tranquillité.

Vous tempêtez? Je n'entends rien.
Sans bruit, au fond du ciel je glisse.
Les étoiles sont mes complices.
Je mange un croissant. Je suis bien.

Vous pouvez toujours vous fâcher,
Je suis si loin de vos rancunes!
Inutile de me chercher :
Je suis encore dans la Lune.

Jacques Charpentreau

L'air en conserve

Dans une boîte, je rapporte
Un peu de l'air de mes vacances
Que j'ai enfermé par prudence.
Je l'ouvre! Fermez bien la porte.

Respirez à fond! Quelle force!
La campagne en ma boîte enclose
Nous redonne l'odeur des roses,
Le parfum puissant des écorces,

Les arômes de la forêt...
Mais couvrez-vous bien, je vous prie,
Car la boîte est presque finie :
C'est que le fon de l'air est frais.

Jacques Charpentreau

Météorologie

L'oiseau vêtu de noir et vert
m'a apporté un papier vert
qui prévoit le temps qu'il va faire.
Le printemps a de belles manières.

L'oiseau vêtu de noir et blond
m'a apporté un papier blond
qui fait bourdonner les frelons
L'été sera brûlant et long.

L'oiseau vêtu de noir et jaune
m'a apporté un papier jaune
qui sent la forêt en automne.

L'oiseau vêtu de noir et blanc
m'a apporté un flocon blanc.

L'oiseau couleur du temps
Que m'apportera-t-il?

Claude Roy

Conseils donnés par une sorcière

Retenez-vous de rire
Dans le petit matin!

N'écoutez pas les arbres
Qui gardent les chemins!

Ne dites votre nom
A la terre endormie
Qu'après minuit sonné!

A la neige, à la pluie
Ne tendez pas la main!

N'ouvrez vos fenêtres
Qu'aux petites planètes
Que vous connaissez bien!

Confidence pour confidence
Vous qui venez me consulter
Méfiance, méfiance
On ne sait pas ce qui peut arriver.

Jean Tardieu

 

Courageux mais pas téméraire

Je compte jusqu'à deux
Et je n'ai pas peur d'eux
Je compte jusqu'à trois
Je ne crains pas le roi
Je compte jusqu'à quatre
Je vais aller me battre
Je compte jusqu'à cinq
Il faut que je les vainque
Je compte jusqu'à six
Il m'en faut plus de dix
Je compte jusqu'à sept
Et j'en fais des sucettes
Je compte jusqu'à huit
C'est moi qui prends la fuite.

Louis Delorme

 

Comptine sans fin

Approchez-vous
Je vends de tout.

Des choux, des poux,
des loups.

Des chats, des bas,
des rats.

Des pots, des os,
des mots.

Besoin de rien?
N'en croyez rien!

Approchez-vous
Je vends de tout.

Claude Clément

L'arbre

Perdu au milieu de la ville
L'arbre tout seul, à quoi sert-il?

Les parkings, c'est pour stationner
Les camions pour embouteiller,
Les motos pour pétarader,
Les vélos pour se faufiler.

L'arbre tout seul, à quoi sert-il?

Les télés, c'est pour regarder,
Les transistors pour écouter,
Les murs pour la publicité,
Les magasins pour acheter.

L'arbre tout seul, à quoi sert-il?

Les maisons, c'est pour habiter?
Le béton, pour embétonner,
Les néons pour illuminer,
Les feux rouges pour traverser.

L'arbre tout seul, à quoi sert-il?

Les ascenceurs, c'est pour grimper,
Les présidents pour présider,
Les montres pour se dépêcher,
Les mecredi pour s'amuser.

L'arbre tout seul, à quoi sert-il?

Il suffit de le demander
A l'oiseau qui chante à sa cime.

Jacques Charpentreau

Le chat et l'oiseau

Un village écoute désolé
Le chant d'un oiseau blessé
C'est le seul oiseau du village
Et c'est le seul chat du village
Qui l'a à moitié dévoré
Et l'oiseau cesse de chanter
Le chat cesse de ronronner
Et de se lécher le museau
Et le village fait à l'oiseau
De merveilleuses funérailles
Et le chat qui est invité
Marche derrière le petit cercueil de paille
Ou l'oiseau mort est allongé
Porté par une petite fille
Qui n'arrête pas de pleurer
Si j'avais su que cela te fasse tant de peine
Lui dit le chat
Je l'aurai mangé tout entier
Et puis je t'aurai raconté
Que je l'avais vu s'envoler
S'envoler jusqu'au bout du monde
Là-bas où c'est tellement loin
Que jamais on n'en revient
Tu aurais eu moins de chagrin
Simplement de la tristesse et des regrets

Il ne faut jamais faire les choses à moitié.

Jacques Prévert

Le rond et l’étoile

Pour faire une étoile à cinq branches
Ou à six ou même davantage
Il faut d'abord faire un rond
Pour faire une étoile à cinq branches...
Un rond!
On n'a pas pris tant de précaution
Pour faire un arbre à beaucoup de branches
Arbres qui cachez les étoiles!
Arbres!
Vous êtes pleins de nids et d'oiseaux chanteurs
Couverts de branches et de feuilles
Et vous montez jusqu'aux étoiles!

Robert Desnos

Triangles

Isocèle
J'ai réussi à mettre
Un peu d'ordre en moi-même

Equilatéral

J'ai tendance à me plaindre.
Je suis allé trop loin
Avec mon souci d'ordre
Rien ne peut plus venir.

Rectangle

J'ai fermé l'angle droit
Qui souffrait d'être ouvert
En grand sur l'aventure.
Je suis une demeure
Où rêver est de droit.

Eugène Guillevic

Géométrie

Deux droites parallèles
Depuis longtemps s'aimaient.
- Nous toucher, disaient-elles.
Le pourrons-nous jamais ?
Messieurs les géomètres
Nous parlent d'infini ;
C'est bien beau de promettre,
Mais tant de kilomètres
Ça donne le tournis !
- Si le sort vous accable,
Leur répondis-je alors,
Rapprochez-vous, que diable,
Rapprochez-vous encore !
Ma remarque opportune
Leur fut d'un grand secours :
Il n'en reste plus qu'une,
Quel beau roman d'amour!

Jean-Luc Moreau

Cavalier à la fontaine

A la fraîche fontaine,
Sous le grand peuplier,
A la fraîche fontaine,
S'arrête un cavalier.

Son noir cheval est blanc
D'écume et de poussière,
Il est blanc de la queue
Jusques à la crinière.

A la fraîche fontaine,
Sous le grand peuplier,
A la fraîche fontaine,
S'arrête un cavalier.

Jean Moréas

Envoie-nous vite tes poésies préférées.

Jeu : Poésie interactive

Archives :

Archive 1

Archive 2

Archive 3